« iléoulelila ?! »

EPSON scanner image

 

 

Contexte :

Dans le jardin, des adultes s’extasient sur un beau lilas en fleurs :

– « Qu’il est beau le lilas ! »

Parmi eux, un petit garçon de 4 ans s’énerve. Il ne voit rien, lui :

– « Il est où le lit là ?! »

 

 

 

 

logo1bonLilas ou lit là ? Le petit garçon fait fausse route. Que se passe-t-il ?

logo2bonEntre lilas et lit là, il y a une forme particulière de ce qu’on appelle homonymie. Classiquement, l’homonymie concerne des mots de sens différents qui partagent une même forme linguistique, soit orale (homophonie), soit écrite (homographie), soit les deux.

  • Exemples  dhomophonie :
    • vers, ver, verre, vert, vair
    • mer, mère, maire
    • saint, ceint, sein, seing
  • Exemples dhomographie :
    • est (3ème personne du verbe être / point cardinal)
    •  jet (jet d’eau / jet privé)
    • fils (fil au pluriel / enfant(s) mâle(s))
  • Exemples d’homophonie + homographie :
    • mousse (le mousse / la mousse / il mousse)
    • avocat (fruit / professionnel)

Le cas qui nous occupe est un peu particulier dans la mesure où il ne s’agit pas d’homonymie (d’homophonie) entre deux mots, mais entre un mot (lilas), et un groupe de mots (lit là). En français, ce phénomène est rendu possible par le fait que les frontières de mots ne sont pas oralement marquées (comme c’est par exemple le cas en anglais ou en italien, par les accents de mot)1. Notre exemple, par ailleurs, montre que la communication ne saurait être réduite à la transmission d’un message du locuteur à l’interlocuteur.  Bien loin de n’être qu’un récepteur passif, l’interlocuteur contribue à construire l’interprétation en apportant son propre matériau (l’enfant manque peut-être de connaissances en botanique, en revanche, le lit, il connaît ! – c’est le côté « auberge espagnole » de la communication langagière).

Pour un autre exemple d’homonymie entre mot et groupe de mots, on reproduit ci-dessous un extrait de dialogue témoignant de ce que les erreurs de découpage (ou regroupement) n’ont rien d’exceptionnel, et ne sont pas le propre des enfants :   EPSON scanner image

Deux amies, C et A, discutent. Le mari de C vient de passer un entretien d’embauche pour un poste à Paris. C raconte à A la négociation difficile sur la date de prise de poste :

C : – « Eux (les employeurs), ils voulaient allaiter. »

A (drôle de tête) : – « Allaiter ? »

C : – « Euh oui, allaiter. »

La transcription du dialogue, cependant, n’est pas neutre. Elle témoigne en fait de la compréhension (ou plutôt de l’incompréhension !) de A. Pour sa part, C n’aurait pas écrit allaiter, mais à l’été − les employeurs voulaient que son mari prenne son poste à l’été. Ici ce n’est pas l’ »ignorance » de l’enfant mais la psyché de l’adulte qui est en jeu. Le regroupement homonymique construit par A est sans doute très révélateur (de quoi, nous nous garderons bien de nous engager plus loin sur cette voie) ; aussi révélateur que peut l’être un lapsus (on pourrait d’ailleurs, sans doute, y voir une forme de lapsus de compréhension)2.

Un dernier exemple encore, tout juste cueilli, au moment d’achever la rédaction de ce billet, sur le blog littéraire d’Éric Chevillard, L’autofictif (billet 2503 du 29/01/15) :

AGATHE – Pourquoi il y en a qu’on appelle les sampors ?

MOI – … ?

AGATHE – Les dames de la cantine, elles demandent toujours si les sampors ont bien été servis.

logo3b

 

Le cas de l’homonymie par regroupement de mots est « accidentel » ; il ne présente pas de régularités linguistiques susceptibles d’en faire un objet d’étude. L’homonymie entre mots, en revanche, est étudiée comme une relation de sens (parmi d’autres) dans le lexique. Pour une présentation de l’homonymie comme relation de sens (et en comparaison, plus particulièrement, avec la polysémie), voir :

Riegel, M., Pellat, J-C. & Rioul, R. (1994). Grammaire méthodique du français. PUF. (Chapitre XVIII, section 2)

Lehmann, A. & Martin-Berthet, F. (2008). Introduction à la lexicologie. Armand Colin. (Chapitre 5)

  1. D’où la possibilité, joliment exploitée par Raymond Queneau dans Zazie dans le métro, de faire d’une phrase un mot, cf. le célèbre Doukipudonktan . []
  2. La psychanalyse n’a pas manqué de s’intéresser à ces phénomènes involontaires. Une patiente de Jacques Lacan faisait des cauchemars mettant en jeu des ascenseurs. Au cours de l’analyse, il est apparu  qu’elle  avait perdu sa sœur jumelle le jour de leur naissance, et qu’elle se sentait responsable de ce décès (« la-sans-sœur »). Cf. Les 100 mots du rêve de J-P. Tassin et S. Tisseron. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Abi dit :

    Je comprends l’énervement du petit garçon qui ne voyait pas le lit là. Mon énigme à son âge, c’était l’absence de bateau pour aller à l’île, ma ville natale.
    Je suis restée longtemps dans le brouillard car les adultes riaient et me faisaient croire que je m’étais endormie juste au moment où l’on arrivait à l’île.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *