« L’homme qui a tué sa femme deux fois »

(titre d’un article de Libération du 29 septembre 2011)

EPSON scanner image

 

 

 

 

 

 

 

logo1bon

 

Et pourtant on ne meurt qu’une fois ?! Il y a bien le film de Jacques Deray On ne meurt que deux fois, mais quand même…

logo2bon

 

La question linguistique en jeu ici est celle d’une lecture référentielle vs attributive de sa femme. Dans la lecture référentielle, sa femme désigne une personne particulière (qui a la propriété d’être la femme de x), alors que dans la lecture attributive, sa femme désigne toute personne ayant la propriété d’être la femme de x. C’est-à-dire que dans le premier cas il s’agit d’une seule et même personne, alors que dans le second la personne incarnant cette propriété peut changer au fil du temps. L’homme qui a tué sa femme deux fois encourage a priori une lecture référentielle (il s’agit de la même femme), qui bute contre les connaissances du monde ordinaires (on ne tue pas la même personne deux fois), entraînant un basculement vers une interprétation attributive de sa femme (il s’agit d’une autre femme avec laquelle il s’est remarié)1.

Remarque : pourquoi l’interprétation référentielle est-elle dans ce cas initialement préférée ? Autre énigme, qu’on ne cherchera pas à résoudre ici…

EPSON scanner image

Une de Rouge trouvée sur le site AbeBooks : http://www.abebooks.fr/

Une de Rouge trouvée sur le site AbeBooks : http://www.abebooks.fr/

 

Cette tension entre lectures référentielle et attributive est un ressort comique couramment exploité dans des titres de presse, cf. le fameux titre du journal Rouge paru le 1er octobre 1978 au moment  de la mort de Jean-Paul 1ermort après 33 jours seulement de pontificat : « Le pape est encore mort ».

 

 logo3b

La distinction entre lectures référentielle vs attributive a originellement été développée dans :

Donnellan, K. S. (1966). Reference and Definite Descriptions. The Philosophical Review 75 (3) : 281–304. doi:10.2307/2183143

Pour des études ultérieures en français, voir en particulier :

Galmiche, M. (1977). Quantificateurs, référence et théorie transformationnelle. Langages 48 : 3-49. doi: 10.3406/lgge.1977.1913

Kleiber, G. (1981). Problèmes de référence  : descriptions définies et noms propres. Klincksieck.

Une synthèse de la question est également donnée dans le chapitre « Référence » de :

Ducrot, O. & J.-M. Schaeffer (1995). Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Seuil.

  1. C’est cette interprétation attributive qui, bien évidemment, se trouve confirmée dans la suite de l’article : « Robert Etienne a porté 66 coups de couteau sur sa compagne. Comme sur la précédente, en 2002 ». []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Emmanuel dit :

    Bonjour mesdames, moi c’est M’bra Emmanuel. je suis étudiant en 1ere année en sciences du langage(donc tout nouveau). MERCI de m’avoir fait découvrir de façon très pratique la lecture attributive et référentielle que je ne connaissait pas encore.

    je voudrais savoir si une interprétation attributive de sa femme serait possible, dans la mesure où la phrase serait: « l’homme qui a retuer sa femme ». ou est-ce qu’alors nous serions contraint de nous tourner vers un contexte de fiction: par exemple, un film dans lequel les morts peuvent revenir à la vie, et donc peuvent être retuer.

    (le mot « retuer » je pense est morphologiquement correcte, mais pas usité du fait de son interprétaion référentielle impossible (enfin… pragmatiquement).

    Excusé d’avoir fait aussi long.

    • Anne et Marie-Paule dit :

      Bonjour Emmanuel, on se réjouit que le billet ait pu vous être utile. Pardonnez-nous d’avoir tant tardé à vous répondre. Nous partageons votre intuition selon laquelle le verbe « retuer » rend la difficulté d’interprétation encore plus patente, peut-être parce qu’il induit davantage l’idée qu’il s’agit du même objet (avec une lecture donc référentielle). Nous ne sommes pas sûres cependant que « retuer » ne puisse pas, aussi bien que « tuer à nouveau », ou « tuer une seconde fois » (ainsi que le définit le Littré), admettre également une lecture attributive (au sens où le second objet de « tuer » serait différent du premier).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *