De la liberté…

La liberté guidant le peuple, d’Eugène Delacroix (source : Wikimedia commons)

 

Dans le discours prononcé le 13 avril dernier devant une France confinée, le président Emmanuel Macron évoquait l’éventualité de l’application numérique désignée aujourd’hui sous le nom de StopCovid. Cet usage ne serait possible, affirmait-il, qu’après débat, dans la mesure où

Cette épidémie ne saurait affaiblir notre démocratie, ni mordre sur quelque liberté.

« …quelque liberté » c’est du moins ainsi que nous l’avons « entendu ». Entendu (ou plutôt compris, parce que le singulier est un peu difficile à entendre…) mais non pas lu, puisque la transcription écrite simultanée du discours à l’écran de télévision indiquait pour sa part « quelques libertés »1. Ce pluriel dissonant, si l’on peut dire, nous a un peu perturbées, en ce sens qu’il affaiblissait terriblement la solennité du discours présidentiel.

 

Solennité affaiblie par un pluriel… n’est-ce pas un peu exagéré ? Et puis, ce n’était là sans doute qu’une erreur bien compréhensible liée à la difficulté de l’exercice de transcription (quasi-) simultanée.

 

Seulement, en allant vérifier plus tard dans le verbatim du discours, disponible à la fois sur le site de l’Élysée (elysee.fr) ou sur le site gouvernemental Vie publique (vie-publique.fr), nous avons retrouvé le même pluriel. Nous restituons ci-dessous, dans son contexte plus large, le passage en question. Nous précisons que la transcription est identique sur les deux sites, le site de l’Élysée précisant toutefois que « SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI » (mais du pluriel ou de singulier, comme nous l’avons dit, le prononcé fait ici, comme souvent, peu de cas).

Pour accompagner cette phase [de tests et mise en quarantaine], plusieurs innovations font l’objet de travaux avec certains de nos partenaires européens, comme une application numérique dédiée qui, sur la base du volontariat et de l’anonymat, permettra de savoir si, oui ou non, l’on s’est trouvé en contact avec une personne contaminée. Vous en avez sûrement entendu parler.

Le Gouvernement aura à y travailler, il ne faut négliger aucune piste, aucune innovation. Mais je souhaite qu’avant le 11 mai, nos Assemblées puissent en débattre, et que les autorités compétentes puissent nous éclairer. Cette épidémie ne saurait affaiblir notre démocratie, ni mordre sur quelques libertés.

On ne voudrait pas s’appesantir trop longuement sur le problème que pose ici l’emploi du pluriel, versus ce singulier que nous avons « entendu » (encore une fois, forcément, entre guillemets). Car les linguistes que nous sommes n’assument pas tout à fait, dans leur totale inutilité d’un point de vue de santé publique, de pinailler sur un pluriel2 : un pluriel qui très certainement résulte d’un raté minuscule dans la chaîne de transmission (on sait qui prononce le discours – mais qui l’écrit ou contribue à l’écrire ? qui lui donne sa forme finale sur le site ?), et qui très certainement est passé inaperçu aux yeux des acteurs aussi bien que des téléspectateurs.

Juste… nous voudrions pointer du doigt combien cette minuscule erreur, si elle était prise au pied de la lettre, donnerait lieu à une interprétation éloignée de l’interprétation (que nous persévérons à voir comme) souhaitée3.

Le singulier que nous voulons replacer, un peu de force nous l’avouons, dans la « bouche » du président est fort, majestueux – solennel, donc4. Avec « … ni mordre sur quelque liberté », il s’agit en effet de ne pas céder sur une seule liberté, sur une quelconque liberté, sur quelque liberté que ce soit (un que ce soit qui, sans être obligatoire, aurait suffi à lever l’ambiguïté. Son absence, peu commune, semble ainsi contribuer au classicisme du style autant qu’au flottement de l’interprétation).

Le pluriel en revanche, celui de la transcription écrite (« … ni mordre sur quelques libertés ») sabote, ou rabote, cette solennité, puisqu’il s’agirait cette fois de ne pas céder sur quelques libertés parmi d’autres. Dit autrement, il y aurait quelques libertés qu’on épargnerait, quant aux autres…

Ce qui est en jeu ici, ce n’est pas une simple différence entre singulier et pluriel (et on sait combien quelque(s) soulève de difficultés en la matière), mais la question de l’interaction de quelque avec la négation – question soulevant à son tour d’autres questions liées au fonctionnement des indéfinis, et plus particulièrement des indéfinis à « polarité négative », dont quelque (assorti ou non de que ce soit) fait partie. Sur ces questions, largement traitées dans les travaux de Claude Muller (dont nous donnons quelques références ci-dessous), nous n’irons pas plus loin.

(Sauf à interroger encore, et quoiqu’à rebours de ce que nous avons soutenu jusqu’ici : et si jamais ce n’était pas une erreur ?)

 

Muller, Claude (2006). « Polarité négative et free choice dans les indéfinis de type que ce soit et n’importe« , Langages 162 : 7-31. Disponible sur Persée

Muller, Claude (2017). « La distribution des indéfinis négatifs du français », Cahiers de lexicologie 111 : 193-214. Disponible sur HAL

Muller, Claude (2019). Indéfinis et partitifs en français. Presses Universitaires de Bordeaux.

 

  1. Pour tous ceux qui, comme nous, se sont interrogés sur le comment de cette transcription, beaucoup moins balbutiante le 13 avril qu’elle ne le fut le 12 mars, nous recommandons la lecture d’un billet de blog du monde.fr, dans lequel nous avons découvert ce qu’était la vélotypie. []
  2. Comme nous l’avions déjà fait à propos de la virgule de Mélenchon dans Petit point sur la virgule. []
  3. Où l’on retrouve notre passion (obsession ?) pour les « fausses routes » ou « erreurs d’aiguillage »… []
  4. Nous « forçons » certes en faveur du singulier, mais la prestation orale (toujours accessible également sur le site elysee.fr) nous oriente en ce sens. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fabio Del Prete dit :

    Merci pour ce bling. Très intéressant !

    Vous notez : « ce n’est pas une simple différence entre singulier et pluriel (et on sait combien quelque(s) soulève de difficultés en la matière), mais la question de l’interaction de quelque avec la négation »

    Je crois qu’il y a une relation entre singulier/pluriel et interaction avec la négation. En italien aussi il y a de l’évidence pour une telle relation. Je pourrais traduire le passage (dans l’interprétation souhaitée) comme (a) :

    (a) Questa epidemia non potrebbe compromettere alcuna libertà.

    (où « alcuna libertà » est singulier) mais non pas comme (b) :

    (b) Questa epidemia non potrebbe compromettere alcune libertà.

    (où « alcune libertà » est pluriel; l’interprétation de (b) est l’interprétation non-souhaitée ‘il y a des libertés, x, y, z, … telles que cette épidémie ne saurait pas les diminuer’.)

    Un exemple qui m’a toujours frappé de la disponibilité du singulier à agir comme élément « à polarité négative » est l’emploi du nom singulier nu (sans déterminant) dans des phrases telles que (c) :

    (c) Il n’a jamais vu homme se comporter de telle manière.

    (on peut penser aussi à la grammaticalisation du nom « personne » comme quantificateur existentiel dans la portée d’une négation : « je n’ai vu personne » => ‘ce n’est pas le cas qu’il y a une personne que j’ai vu’)

    Gennaro Chierchia, dans son livre « Logic in Grammar », a une théorie pour expliquer ce phénomène remarquable du singulier qui (en contraste avec le pluriel), en présence d’une négation, donne lieu à cette interprétation « pas une seule liberté ne saurait être diminuée ».

    Références

    Chierchia, Gennaro (2013). Logic in Grammar: Polarity, Free Choice, and Intervention. Oxford Studies in Semantics and Pragmatics. Oxford University Press.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search