Une femme inconnue

 

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

(Paul Verlaine, Mon rêve familier)

Cherchant à éclairer le poète qui, deux strophes plus loin, s’interroge (« Est-elle brune, blonde ou rousse ? – Je l’ignore. »), Éric Chevillard tente, dans L’autofictif du 13 juin 2020, quelques « éléments de réponse » :

Est-elle brune, blonde ou rousse ? se demandait Verlaine. Je vais tenter d’apporter quelques éléments de réponses à cette question légitime. Les cheveux de l’enfant blonde vont foncer avec l’âge jusqu’à devenir bruns. La petite brune, en revanche, voudra expérimenter au moins une fois la blondeur et fera teindre sa chevelure. Et toutes seront finalement rousses en automne, à l’exception peut-être des vraies rousses, soulagées de n’être plus aussi visibles, qui accueillent le gris comme l’occasion enfin de refaire leur vie incognito, j’espère à présent que notre poète y voit plus clair.

Prenant le relais, nous signalons au poète (à la suite d’Arrêt sur imagesLe Monde, Huffington PostLes Nouvelles News…)  qu’une femme n’est plus inconnue puisqu’elle a désormais (depuis mai, et sans cesse alimentée depuis) sa propre page Wikipédia : Une femme.

Pour de vrai : cette page est en fait un pastiche (dans la catégorie « Pastiches sur Wikipédia« ), très drôle, que nous vous encourageons à aller regarder.  Sa drôlerie tient essentiellement à la façon dont elle joue de l’indéfini une femme – et nous sautons sur l’occasion pour tâcher de démêler un peu la question, linguistiquement parlant.

Mais d’abord, quelques mots pour présenter cette page. Construite sur le modèle d’une page dédiée à une personnalité (dont Une femme serait en l’occurrence le nom), elle déroule une biographie fictive tissée à partir d’une multitude de titres d’articles de presse ou autres médias (ou encore, plus anecdotiquement, de titres de chansons)1. En particulier des titres tels que :

  • Une femme prend la tête de la Lituanie (Le Figaro.fr, 18 mai 2009)
  • Une femme remporte le Prix Nobel d’économie (Le Figaro.fr, 12 octobre 2009)
  • Une femme nommée préfet de la Manche (Ouest-France,‎ 19 juin 2013)
  • La Belgique choisit une femme comme Première ministre (RFI, 26 octobre 2019)
  • Pour la première fois, une femme est élue maire à Lacenas (leprogres.fr, 25 mai 2020)

Comme rapporté par Arrêt sur images, c’est la profusion de ce type de titres qui a motivé la création de la page-pastiche :

Arrêt sur images a joint « Kvardek du », qui a créé cette page, et souhaite conserver son identité pseudonymique. Il/elle*2 s’est décidé.e après lecture d’un énième tweet notant la publication d’un de ces titres, dans le but de sensibiliser la communauté de l’encyclopédie en ligne […]

Certes, comme le dit Kvardek du, les articles dont il est question « sont de bonnes nouvelles », et « il y a des contraintes dans la presse, pour des titres courts et percutants ». Cependant, « fonder le titre uniquement sur l’effet de genre manque de respect » selon elle/lui, ne pas les nommer participant de l’invisibilisation des femmes3.

Pour un développement des enjeux soulevés par la page Wikipédia Une femme, nous vous renvoyons aux divers sites de presse mentionnés plus haut. On en retiendra essentiellement que les titres mis en cause fonctionnent par rapport à une norme implicite : en mettant en exergue (dans leur rôle d’accroche de l’attention) ce qui est hors norme, ils démontrent (montrent en creux) à quel point l’homme est la norme, du moins dans certains domaines. L’article des Nouvelles News le résume très bien :

Dans certains milieux, dans certains métiers, dans certaines fonctions l’homme est la norme, la femme l’exception. Et, le problème avec l’exception c’est qu’elle confirme la règle… En désignant ces dirigeantes, diplomates, astronautes, Prix Nobel… simplement par « une femme » les médias confirment la règle.

 

Venons-en maintenant à l’analyse linguistique. Linguistiquement parlant, qu’est-ce que une femme dans un titre comme « une femme remporte le prix Nobel d’économie » ? Un ou une, c’est (à peu près) bien connu, est un déterminant indéfini. Un ou une suivi d’un nom forme un syntagme nominal indéfini, qu’on désignera comme « un N »,  lequel selon Georges Kleiber « n’a comme sens que celui d’être une unité ou un membre de la catégorie N. Les différentes interprétations proviennent de son insertion dans un énoncé et donc de sa combinaison avec les constituants de l’énoncé »4.

 

Dans une femme remporte le prix Nobel d’économie – aussi bien que dans un énoncé du type une femme est passée hier – on peut parler d’ « indéfini spécifique » dans la mesure où l’événement dénoté par le prédicat verbal engage la spécificité : ce ne peut être qu’une femme spécifique qui a remporté le prix Nobel (ou qui est passée hier).

Essayons néanmoins de cerner la différence qu’on sent intuitivement entre les une femme selon qu’il s’agit d’énoncés de type (a) ou (b) (on se limitera aux cas où une femme occupe une fonction de sujet) :

a. Une femme est passée hier / Une femme m’a demandé son chemin / Une femme a été renversée par une voiture

b. Une femme a remporté le prix Nobel d’économie / Une femme a été élue maire de Marseille / Une femme a été nommée à la tête de l’OMS

Cette différence peut s’analyser en termes de degré de présomption d’identification ou de connaissance.

Commençons par l’emploi (a). Lorsqu’on dit une femme est passée hier, il y a comme le souligne George Kleiber une « présupposition pragmatique de non connaissance de l’identité de la femme » – c’est d’ailleurs là « l’ancienne définition de la grammaire de l’opposition défini / indéfini en termes de ‘connu’ vs ‘non connu' ». Si le locuteur et son interlocuteur connaissaient la femme en question, le locuteur ne pourrait dire (à moins de vouloir tromper son interlocuteur) que une femme est passée hier.

Les titres de presse évoquant la situation où une femme remporte un prix ou accède à un poste prestigieux (emploi (b)) laissent au contraire entendre que leurs auteurs savent de qui il s’agit  – et que donc, contrairement au locuteur de l’emploi (a), ils auraient pu utiliser un autre moyen d’identification que celui de faire appel au genre. S’ils ont fait ce choix, on peut en inférer que le fait d’être femme l’emporte informationnellement sur l’identité (connue) de la femme en question : en ce cas, l’indéfini est employé pour désigner « une femme en tant que femme »5. C’est une question de pertinence : dans ces titres, l’information qu’il s’agit d’une femme est, étant donné l’état actuel de la société, jugée plus pertinente que celle de dire qu’il s’agit de Madame X ou Y6.

Cette distinction que nous faisons entre les emplois de type (a) (prototype de l’indéfini) et (b) peut être mise en évidence par des paraphrases différentes. Alors que l’emploi (b) se laisserait facilement paraphraser par c’est une femme qui… (« c’est une femme qui a remporté le prix Nobel »), la paraphrase correspondant à l’emploi (a) serait plutôt du type il y a une femme qui… (« il y a une femme qui est passée hier »)7.

On notera que cet emploi (a) n’est pas représenté dans la page Wikipédia Une femme.  Ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu’il soit absent des titres de presse. Il est en particulier caractéristique des titres de faits divers, comme en témoigne une rapide recherche sur internet :

  • Une femme meurt renversée par une voiture à Maubeuge (Actu.fr, 19 octobre 2017)
  • Polynésie : Une femme attaquée par un requin à Mooréa (20minutes.fr, 22 octobre 2019)
  • Une femme victime d’une agression en centre-ville (lepharedunkerquois.fr, 11 février 2020)

Sauf que là… Il ne s’agit pas exactement de l’emploi (a) tel que nous l’avions décrit plus haut. En effet, ce que nous avions dit de cet emploi valait pour une conversation entre interlocuteurs partageant un même contexte énonciatif. Dans le cas d’un titre de presse, où la situation est celle d’un journaliste distancié de ses lecteurs, ce n’est pas tant la présupposition pragmatique de connaissance commune qui joue qu’une appréciation de la pertinence (ou plutôt, en l’occurrence, la non pertinence) qu’il y aurait à nommer la femme en question : même si le journaliste a accès à son identité, il n’y a a priori pas lieu (il ne serait ni pertinent, ni même peut-être correct) de la dévoiler8.

Dans ce cas, donc, l’absence de nom ne déclenche pas la même inférence que celle qu’on avait vue pour l’emploi (b), selon laquelle une femme renverrait au genre (« une femme en tant que femme »). On reste dans un cas proche de (a) (qu’on appellera (a’)), ainsi qu’en témoigne le fait que les paraphrases seraient encore des paraphrases en il y a une femme qui (et non c’est une femme qui). La nuance entre (a) et (a’) est exactement celle que décrit François Jacquesson dans son très inspirant billet Personne ne m’aime9, à propos de quelqu’un :

Dans de nombreuses langues, il existe des nuances dans l’indéfinition. Une des plus courantes, est la différence, quand on vous dit ‘Tiens, quelqu’un t’a téléphoné’, entre un « quelqu’un » dont la personne qui parle ne sait rien, et un « quelqu’un » qui indique qu’elle sait qui c’est, mais ne juge pas utile de le préciser.

Le fait que ces titres de faits divers ne fonctionnent pas par rapport au genre peut être également mis en lumière par l’existence tout aussi attestée de titres parallèles avec un homme. C’est d’ailleurs ce type de titres, absolument non remarquables, qu’on retrouve dans la (maigre) page wiki consacrée à Un homme (créée le 19 juin, pour faire pendant à Une femme) :

  • Arras : un homme soupçonné de tentative de féminicide, le pronostic vital d’une femme de 22 ans engagé (France 3 Hauts-de-France)
  • Un homme condamné à cinq ans de prison pour plusieurs agressions sexuelles près de Château-Gontier (actu.fr)
  • Ajaccio: un homme tué par balles en plein centre-ville (BFMTV)

Certes, on se doute que les titres retenus ne le sont pas tout à fait par hasard (quand il est question de féminicide, d’agressions sexuelles…). Mais en termes d’emploi de l’indéfini, un homme ne diffère en rien ici de ce qu’on pourrait trouver (de ce qu’on a trouvé, voir plus haut) pour une femme.

L’autre particularité de la page Un homme, c’est qu’elle ne présente – en une sorte de chiasme avec la page Une femme – , aucune occurrence de l’emploi (b). De fait, en allant enquêter une nouvelle fois à travers le vaste web, on vérifie qu’à la profusion des titres du type une femme a été élue / nommée etc. répond l’extrême rareté des un homme a été élu / nommé etc. On en trouve, certes, mais qui reflètent alors un autre versant de la norme :

  • Pour la première fois, un homme est nommé à la tête de Vogue (lalibre.be, 11 avril 2017)10

À ce point de la réflexion, on notera que si la page Une femme met en lumière, de façon à la fois efficace et ludique, des usages journalistiques qu’on peut interroger, il n’est pas si évident de trouver des solutions de remplacement – surtout quand la place des femmes dans la société est ce qu’elle est, et que les journalistes sont normalement portés à en rendre compte11. Il reste cependant une marge de manoeuvre, et nous renvoyons à l’article déjà cité d’Arrêt sur images pour des illustrations de stratégies alternatives : ainsi, là où Le Figaro titre « Crédit Mutuel Arkéa nomme une femme à sa tête, une rareté dans la banque française », France 3 Bretagne opte pour « Hélène Bernicot prend la tête du Crédit Mutuel Arkea et devient l’une des rares femmes à diriger une banque française ».

On notera également que la distinction que nous avons opérée jusqu’ici entre les emplois a et b (emplois spécifiques de l’indéfini) ne suffit pas à épuiser les ressorts du dispositif à l’oeuvre dans Une femme, consistant à coudre ensemble des titres diversement piochés dans les médias. Parmi ces titres en effet s’insèrent, ça et là, des titres présentant d’autres configurations, avec des emplois de l’indéfini ne relevant ni de (a), ni de (b). On citera ainsi, en vrac (vrac un peu ordonné quand même) :

  1. Le Nobel de la paix décerné à une femme ? (Elle, 9 octobre 2012)
  2. Remaniement : une femme nommée à Matignon ? (CNews,‎ 28 juin 2020)
  3. Emmanuel Macron veut nommer une femme Premier ministre s’il est élu (Les Inrocks, 8 mars 2017)
  4. Parce qu’une femme est un soldat comme les autres (TVANouvelles, 10 juin 2017)
  5. « Rien de tel qu’une femme pour faire le ménage » : ce n’était pas une boutade, selon Pécresse (francetvinfo.fr, 6 janvier 2016)
  6. Une femme meurt tous les deux jours battue par son conjoint (L’Express, 12 février 2019)
  7. Municipales 2020 : Marseille, Besançon, Poitiers… Ces villes qui vont être dirigées par une femme pour la première fois (France Info, 29 juin 2020)
  8. Pour la deuxième fois, une femme devient « cuisinier de l’année » (Tribune de Genève, 7 octobre 2019)

En (1), (2) (du fait de l’interrogative) ainsi qu’en (3) (du fait de la présence du verbe vouloir), une femme correspond à un indéfini non spécifique : on ne sait pas de quelle femme il s’agit12.

 

En (4) et (5), la phrase où entre l’indéfini une femme n’a pas d’ancrage référentiel, et donc le non spécifique se fait générique (au sens où c’est cette fois l’ensemble de la catégorie qui est convoqué, et non pas une femme particulière). On ne s’aventurera pas plus loin sur la question du générique, très débattue en linguistique13.

 

On passera plus rapidement encore sur le cas de (6), (7) et (8), qui soulèvent des problèmes plus complexes encore, et font intervenir les notions de portée, quantification, distribution. On se contentera de pointer que dans chacun de ces exemples, il y a plusieurs femmes, et non une seule, qui sont en jeu.

Au bout du compte, on se dit : c’est fort, quand même, à partir de matériaux linguistiques aussi disparates, de réussir à produire une page Wikipédia biographique formellement conforme, avec photos d’illustration et tout ; et de surcroît, en utilisant uniformément une femme comme s’il s’agissait d’un nom propre, là même où il s’agit d’en dénoncer la trop fréquente absence.

Et pour finir on répétera qu’on les comprend, les journalistes, qui ont envie de souligner ce qui reste encore trop souvent exceptionnel (et on va surtout espérer que dans la réalité, l’exceptionnel le soit moins). À un moment donné, malgré tout, on se dit qu’il faudrait peut-être arrêter de dire que c’est si exceptionnel que ça, au risque sinon que ça n’en finisse jamais. C’est la réaction qu’on avait eue à la lecture d’un titre cité plus haut (en (8)), qu’on reprend ici :

  • Pour la deuxième fois, une femme devient « cuisinier de l’année »

Jusqu’à combien va-t-on aller ? Jusqu’à la troisième, la quatrième fois ?

Le vertige à nouveau nous saisit en lisant dans Ouest-France :

  • Saint-Brieuc. Une femme succède à une femme â la tête du tribunal (ouest-france.fr, 1er juillet 2016)14

Ou quand une femme succède à une femme succède à une femme succède à une femme succède à une femme…

 

Charolles, M. (2002). La référence et les expressions référentielles en français, Ophrys.

Kleiber, G. (1995). « Sur les (in)définis en général et les SN (in)définis en particulier », Bulletin de la Société Linguistique de Paris, XC-1, pp. 21-51.

  1. Multitude de titres, multitude de femmes : on  tient là également l’occasion de donner à voir à nos lecteurs un plus grand éventail des créations de notre illustratrice, Nicole Andoche, dont le talent s’exprime tout particulièrement quand il s’agit d’esquisser (parfois même les yeux fermés) des figures féminines. Nous ne saurions ici la remercier assez de mettre ses crayons et pinceaux au service de Bling. []
  2. Note du site d’ASI : « Cette personne s’identifiant comme transgenre non-binaire, nous avons choisi de respecter son identité à travers cette formulation.. ». []
  3. Dans le poème également, il est question d’absence de nom (et pas seulement de couleur de cheveux !) :

    Est-elle brune, blonde ou rousse ? – Je l’ignore.
    Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
    Comme ceux des aimés que la Vie exila.

    Mais l’absence de nom est tout autre – car il s’agit, n’est-ce pas d’une femme inconnue. La femme innommable du rêve de Verlaine n’a de toute façon rien à voir – même si on n’a pu résister à faire le rapprochement – avec la femme innommée qui prend la tête de la Lituanie…

    []

  4. Communication personnelle de Georges Kleiber, que nous remercions infiniment pour ses éclairages lumineux sur la question des indéfinis, dont il est spécialiste, et pour la patience avec laquelle il a bien voulu répondre à nos questions. []
  5. Cet emploi s’apparente à ce qu’on appelle, du côté de l’article défini, un usage « attributif » par opposition à l’usage « référentiel » (voir notre billet « L’homme qui a tué sa femme deux fois »). []
  6. Un grand merci, là encore, à Georges Kleiber qui nous a aidées à extraire, de sa longue expertise, les éléments essentiels à la formulation de cette analyse. []
  7. Ces deux paraphrases seraient d’ailleurs largement préférées en français parlé spontané, où les énoncés mettant en jeu un sujet indéfini sont très rares, comme le souligne Michel Charolles (2002, p. 153) à la suite de nombreux auteurs. []
  8. Sinon dans le cas où la femme renversée, attaquée, agressée… serait une célébrité – mais là, s’agirait-il encore de fait divers ? []
  9. Blog de sciences du langage « Caramel », également sur la plateforme Hypothèses []
  10. On trouve également des titres du type « Un homme élu meilleur sosie au monde d’Ernest Hemingway » (rtbf.be, 28 juillet 2015), qui n’ont rien à voir avec la norme des domaines masculin versus féminin. Dans ce cas cependant, malgré la proximité de la construction, on en revient à l’emploi a, ainsi qu’en témoigne la possibilité d’une paraphrase en il y a… qui : « il y a un homme qui a été élu meilleur sosie… » (alors qu’une paraphrase en c’est… qui – « c’est un homme qui a été élu… » – ne serait clairement pas pertinente). []
  11. Le fait qu’il s’agisse d’un reflet de la société nous est apparu de façon très flagrante, à un moment où on commençait à réfléchir à ce billet, en prêtant l’oreille – et l’oeil – aux titres par lesquels les divers médias annonçaient les résultats des dernières élections municipales. On a rencontré de nombreux titres du type :

    • Saint Carreuc. Pour la première fois, une femme élue maire de la commune (Ouest France, 27 mai 2020).

    Mais pour la mairie d’une métropole comme Marseille, nous n’avons trouvé que l’agence de presse Sputnik pour titrer (un peu à retardement) :

    • Une femme élue maire de Marseille, une première (fr.sputniknews.com, 4 juillet 2020)

    Et aucun journaliste, à notre connaissance, n’a eu l’idée de faire un titre avec « Une femme a été élue maire de Paris ». Car, n’est-ce pas, ce n’était pas une première, et avec trois candidates en lice, ce n’aurait guère été informatif.

    []

  12. Et comme tout est toujours plus compliqué que ça… nous devons préciser que ni le mode interrogatif ni la modalisation en vouloir ne suffisent à garantir qu’il s’agit d’un emploi non spécifique de l’indéfini. Nous avons vérifié que dans les articles en question, il ne s’agit pas d’un emploi a – lequel resterait possible si une femme référait à une personne déjà pressentie pour le prix ou le poste. En (1) et (2), l’article fait à chaque fois état de plusieurs noms qui courent ; en (3), on comprend qu’il s’agit d’un voeu pieux autant que désincarné. []
  13. Et qu’on avait déjà rencontrée au détour du billet Le corbeau et la corbelle. []
  14. Vertige qui s’accentue au moment où nous découvrons dans L’Expansion (il s’agit cette fois d’un sous-titre) :
    • Pour la première fois, une femme succède à une autre femme à la tête d’une grande entreprise américaine. (lexpansion.lexpress.fr, 22 mai 2009)

    Dit autrement, c’est la première fois que c’est la deuxième fois !

    []


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jérôme Lang dit :

    Merci pour votre billet, excellent (comme tous!)

    Moi aussi je comprends les journalistes « qui ont envie de souligner ce qui reste encore trop souvent exceptionnel (et on va surtout espérer que dans la réalité, l’exceptionnel le soit moins) » : justement, le dire, que c’était exceptionnel mais que maintenant cela arrive, peut contribuer à ce que cela soit moins exceptionnel dans le futur. Donc, ne leur jetons surtout pas la pierre.

    L’intérêt d’une information tient (entre autres choses) non seulement à sa pertinence, son importance, sa nouveauté, mais aussi au degré de surprise chez l’interlocuteur (Jean-Louis Dessalles a écrit pas mal de choses là-dessus, il n’est probablement pas le seul). Dans l’emploi (b), il y a un fort degré de surprise, par exemple dans « En mai 2010, une femme est ordonnée prêtre en plein cœur de Rome ») et de pertinence : l’information n’aurait aucun intérêt si on ne précisait pas le sexe de la personne concernée : « Une personne a remporté le prix Nobel d’économie / a été élue maire de Marseille / a été nommée à la tête de l’OMS »…!

    Dans l’emploi (a), le sexe de la personne concernée n’apporte ni surprise ni pertinence; c’est le reste de la phrase qui est pertinent ou surprenant; pourquoi, plutôt que de brocarder l’emploi (b) (ce que la page Wikipedia fait implicitement, si je comprends bien l’intention de ses auteurs), ne remet-on pas en question la mention du sexe de la personne dans l’emploi (a)? Pourquoi ne pas dire « Une personne / Quelqu’un meurt renversé(e) par une voiture à Maubeuge »? Pourquoi le sexe de la victime d’un fait divers, ou plus généralement d’une information où le sexe de la personne ne joue aucun rôle, doit-il absolument être mentionné?

    Donc : (b) = ni pertinence ni surprise; (a) = pertinence et surprise. Je vois en fait un troisième emploi (c) qui se situe entre les deux : pas vraiment de surprise (ou une surprise légère), mais de la pertinence. Par exemple : « après avoir vécu avec un homme, X vit maintenant avec une femme »; « ta fille a-t-elle un bon enseignant de maths? — Oui, une femme dans la quarantaine, d’origine polonaise, apparemment très appréciée des élèves ».

    Si l’on supprime « une femme », ces deux énoncés conservent du contenu informationnel (X est à nouveau en couple, le/la prof de maths est très apprécié(e) des élèves »), même si le premier nécessiterait d’être reformulé, mais la mention du sexe de la personne est pertinent.

    Et n’oublions pas « Un Noir » (élu président de Etats-Unis quelques dizaines d’années après avoir eu le droit de s’asseoir dans le bus à côté d’un Blanc), et d’autres dans ce genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search