Quand l’Académie s’engage pour le genre…

Variation sur une coupole

Le 7 mai 2020, l’Académie française publie sur son site, dans la sous-rubrique “Emplois fautifs” de la rubrique “Dire, ne pas dire”, un argumentaire visant à faire reculer la domination du masculin qui s’était imposé (et continue de prévaloir) pour le covid 19 au détriment du féminin la covid 19. Naguère fervente “gardienne de l’usage”1, elle conclut dans l’espoir, cette fois, de changer le cours des choses :

“[…] l’emploi du féminin serait préférable et […] il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien”.

 

[Un grand moment d’émotion pour Bling… Marina Yaguello, grande inspiratrice du blog (voir notre À propos), nous offre un texte à publier. Nous sommes d’autant plus heureuses de le faire que son propos rejoint l’enthousiasme qui fut nôtre en voyant l’Académie française se placer à la pointe du combat en faveur du féminin, sinon du féminisme…]

 

Une querelle bien française

En 1978 je publiais Les Mots et les femmes (Editions Payot), premier ouvrage français consacré au sexisme linguistique, dans lequel je revendiquais la féminisation des titres et noms d’agent. L’Académie française s’est opposée constamment à la féminisation pendant plus de 40 ans. Elle a fini par s’y résoudre en 2019, vaincue par les efforts des féministes, de certains hommes et femmes politiques ainsi que par l’usage, qui a fini par s’imposer. La presse a pris une large part dans ce processus.

Aujourd’hui l’Académie se mêle de contrarier l’usage, qui s’est imposé spontanément dès le début de l’épidémie de covid 19, de nommer la maladie au masculin : LE covid. Ces maîtres de notre langue nous font savoir que dans ce sigle emprunté à l’anglais et totalement opaque pour un francophone, la lettre D représente l’anglais disease, qui se traduit par “maladie”, qui est bien sûr un mot féminin, mais qui correspond aussi à « malaise », masculin. Admirons le zèle nouveau de notre Académie en faveur du féminin. Il ne s’agit pourtant pas de désigner des personnes, comme c’est le cas pour les noms d’agent dont nous avons obtenu la féminisation au prix de tant d’efforts. En français tous les mots ont un genre, y compris ceux qui ne réfèrent pas à des animés humains. On a la chaise et le fauteuil. Impossible d’y échapper.

La question du genre d’un mot nouveau, fût-il un sigle, se pose légitimement. Il se trouve cependant que les mots d’emprunt sont généralement classés dans les masculins, sauf en cas de finale “a”, qui dans les langues européennes est une marque de féminin: ainsi le Web est masculin, contrairement à son équivalent la Toile alors que pizza, isba et remontada sont féminins en français comme dans les langues d’origine. On notera que le mot sida est masculin malgré la finale « a » parce que le “s” veut dire “syndrome”. Je ferai remarquer que le sigle sida recouvre des mots français, aisément récupérables, alors que le sigle covid recouvre des mots anglais, qu’aucun francophone n’est capable de restituer s’il n’est pas médecin.

Et les locuteurs “naïfs” n’ont pas hésité ; collectivement, à l’instinct, ils ont fait du covid un mot masculin. Cela ne peut pas être l’effet du hasard. C’est la structure morphologique du français qui parle. C’est aussi une manifestation de l’intuition du locuteur natif.

 

  1. Cf. La femme de l’écrivain []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gilles Colin dit :

    Certes. Mais il me semble que l’usage devient : le (virus) Covid 19, la (maladie) Covid 19.

    J’aimerais que “le zèle nouveau de notre Académie en faveur du féminin” soit une réalité. Voici le texte et mes commentaires de la rubrique http://www.academie-francaise.fr/scenes-de-genre

    “Au fil du temps, nombre de féminins ont pris leur indépendance et ne rejoindront pas les supposés conjoints.”

    Cela commence donc par l’assimilation du genre au mariage. La suite va nous démontrer la primauté du masculin. Il me semblait pourtant que bon nombre de mots avaient été féminins à l’origine.

    “La fourrière, où sont enfermés les animaux abandonnés et les véhicules encombrant la voie publique, s’est radicalement séparée du fourrier, chargé du cantonnement des troupes.”

    La fourrière et le fourrier sont dérivés de l’ancien français fuerre « fourrage ». Le féminin de l’adjectif est attesté, celui du nom n’apparait pas du fait que ces emplois étaient dévolus aux hommes.

    “La cantonnière, bande d’étoffe garnissant l’encadrement d’une porte, d’une fenêtre, du cantonnier, préposé à l’entretien des routes.”

    La cantonnière est dérivée de canton « coin », le cantonnier de canton « partie de route à entretenir ». Même remarque.

    “La chauffeuse, chaise basse pour s’asseoir au coin du feu, a divorcé du chauffeur, elle préfère rester à la maison !”

    Il n’y aurait donc pas de conductrice, de chauffeuse !

    “Côté métiers, il serait inconvenant d’apparier l’entraîneur sportif et l’entraîneuse des trottoirs.”

    Voilà l’argument fallacieux maintes fois lu et entendu. Il n’y a aucun problème à se définir entraineuse. Va-t-on interdire l’emploi de tous les mots qui peuvent avoir une connotation péjorative ou simplement défavorable ? Doit-on dire une joueure ?

    ” Le féminin de « marin » est débordé : bateaux, voiliers, navires, gens de mer, bords de mer, la « marine » en peinture, la couleur bleu foncé, bref, pas la moindre place. ”

    Il y a belle lurette que l’usage au Québec a privilégié l’emploi épicène des formes marin et médecin. On dit donc : une marin, une médecin. Mais les Québécois n’ont pas de prestigieuse académie.

    “Quant au féminin de « matelot », il reconduit illico aux fourneaux. La matelote, « composée de plusieurs sortes de poissons d’eau douce, cuits à l’étuvée avec du vin et des aromates ».”

    L’Office québécois de la langue française ne l’entend pas de cette oreille. Tant mieux.

    “Chicanons. Supposons qu’une femme veuille exercer le métier de plombier, elle se heurte à la plombière(s) : « entremets glacé à base de crème anglaise au lait d’amandes, additionné de fruits confits parfumés au kirsch », selon notre Dictionnaire, qui précise que le « s » provient de Plombières, station thermale des Vosges où cette glace a été inventée et servie à Napoléon III.”

    J’en reste sans voix…

    “Les genres se font des scènes. Au regard du moissonneur, la moissonneuse n’est qu’une machine, la moissonneuse-batteuse. Les grands glaciers ignorent la modeste glacière. Le poudrier de nos sacs à main renie la poudrière et la poudre à canon. Enfin si l’Église catholique tarde à accepter les femmes, c’est encore un problème de grammaire : quel féminin trouver à curé, si la curée est une «pâture constituée par les bas morceaux de l’animal de chasse qu’on abandonne aux chiens après la prise » ? Et à aumônier, si l’aumônière est « une petite bourse complétant une robe de mariage ou de première communion » ?”

    Le féminin traduit donc une infériorité ? Je pensais que cela avait évolué. Nous en revenons donc aux règles de la bonne société, des bien-pensants… et au rôle qu’il faut rendre aux religions ?

    “Tout ça pour dire qu’il ne faut pas se presser, féminiser à outrance, tout abréger en langage enfançon… genre, j’te fais un p’tit coucou, bisous, bye. ”

    Conclusion fort académique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search