Pataquès et joyeux bordel

 

 

 

Au mois de mai dernier, Toulouse a vu fleurir des affiches de la Mairie remerciant les “héros du quotidien”, et ce, au nom des “Toulousain.e.s”.

 

 

 

 

 

Par la graphie Toulousain.e.s, on voit que la Mairie de Toulouse veut donner des gages d’inclusivité : tout le monde est pris en compte, les remerciantes comme les remerciants. Seulement, du coup, on se demande : si la logique d’inclusivité s’applique de ce côté-ci du merci, ne devrait-elle pas s’appliquer également de l’autre ? N’y a-t-il que des héros à remercier, et nulle héroïne ?

 

On ne peut s’empêcher de sourire à l’idée d’une équipe de la municipalité se donnant du mal (ou au moins, un peu de mal) pour concevoir une affiche respectant les nouveaux préceptes d’écriture inclusive… et arrivant à un résultat à ce point contre-productif. L’usage du point médian dans Toulousain.e.s1 invalide en effet la possibilité pour un masculin pluriel (le simple Toulousains) de désigner une population mixte (femmes et hommes)2 : or c’est justement de cette possibilité qu’on a besoin pour lire, ainsi qu’on peut supposer qu’il est souhaité, le syntagme nominal héros du quotidien comme valant aussi bien pour les femmes que pour les hommes. On pourrait ainsi dire, ici, que c’est l’écriture inclusive (ou plutôt l’asymétrie créée par sa présence-absence : pas d’Héro.ïne.s 3 en face des Toulousain.e.s) qui risque de créer (linguistiquement) l’exclusion. Et si on persévère à inclure les femmes parmi les héros, on est dans une sorte d’inconfort linguistique lié à une incohérence dans l’usage du masculin pluriel : tantôt il vaut uniquement comme proprement masculin (pour le Toulousains des Toulousains et Toulousaines que condense la graphie Toulousain.e.s), tantôt il reste indéterminé en termes de masculin versus féminin (pour héros du quotidien). Plus gênant encore : c’est précisément là où il s’agit de mettre des personnes à l’honneur que le souci d’inclusivité fait défaut4

À vouloir faire du “gender washing”, la Mairie de Toulouse n’est certes pas la seule à s’emmêler les pinceaux. On a souvent remarqué cette même difficulté à être cohérent sur le long cours, voire sur le moyen, et même très court cours : on consacrera un prochain billet au “dépouillement” des tracts de candidature aux élections municipales de mars 2020, en fonction de leur plus ou moins grand succès à mettre en œuvre, de façon cohérente, une forme ou une autre d’écriture inclusive.

On se contentera ci-dessous de donner à voir quelques exemples supplémentaires des mille écueils que recèle une application suivie, au fil du texte, de l’écriture inclusive.

Il en manque

La difficulté peut être liée, comme on vient de le voir, à un usage intermittent du point médian, l’intermittence risquant de perturber une lecture mixte là où le point manque5. La difficulté est la même (perturbation par l’absence) dans le cas où c’est le choix du doublet qui est fait (Toulousaines, Toulousains ou Toulousains, Toulousaines) plutôt que celui du point médian (auquel l’écriture inclusive est encore trop souvent réduite).

Quel que soit l’effort de systématicité dans l’emploi du point médian ou des doublets, il est rare, dès que le texte dépasse quelques lignes, qu’il n’y ait aucun raté. On en prendra pour illustration un article de Libération du 17 juin 2020, “Pourquoi il faut des statistiques ethniques“,qui malgré un emploi très méticuleux d’un procédé (salarié·e·s / militant·e·s engagé·e·s / avocat·e·s / concitoyen·ne·s / convaincu·e·s) aussi bien que de l’autre (chercheuses et chercheurs / acteurs et actrices / celles et ceux), échoue sur décideurs (sur décideurs, hélas, justement…) :

Mais sur le modèle de l’égalité entre femmes et hommes, nous sommes surtout convaincu·e·s que ces instruments devront s’articuler à une autre obligation : celle de mesurer les discriminations raciales au niveau des institutions et des entreprises, à la fois pour permettre aux acteurs et actrices en charge de les identifier, pour responsabiliser les décideurs dans leurs politiques et leurs résultats en matière d’égalité […]

Dans l’extrait suivant, où les doublets mentionnés précédemment font place à une paire dont les termes (hommes / femmes) sont nettement distincts, le problème est un peu plus subtil :

Une logique de violation toujours plus forte des libertés individuelles et des données personnelles, d’abord, dont le projet d’application «Stop-Covid», dénoncé par de nombreux chercheurs, juristes, intellectuels, hommes et femmes politiques, est le symbole le plus récent. (Libération du 12 mai 2020)

Au moment où on lit hommes et femmes politiques, on éprouve une gêne rétroactive en se demandant si les chercheuses et les intellectuelles se désintéressent de la question6. Cependant, on comprend bien ce choix, dans la mesure où les seuls hommes politiques risqueraient davantage d’exclure les femmes politiques que les chercheurs et intellectuels ne risqueraient d’exclure les chercheuses et intellectuelles (homme restant plus marqué, quoi qu’on dise de son universalité, en termes de masculinité).

Des incohérences de ce type, on en croise sans cesse. Et même sans vouloir particulièrement “traquer la faille”, on a parfois du mal à résister. Même (ou surtout ?) quand la faille est infime – comme dans le texte de l’Appel 2021 pour la chaire « Genre » lancé par l’Institut du genre. Dans ce texte on peut lire, après une succession d’applications irréprochables des divers procédés d’écriture inclusive (“les frais d’hébergement de la·du titulaire” / “la/le titulaire bénéficie” / “appel pour l’accueil d’un·e chercheur·e” / “enseignant·es-chercheur·es et chercheur·es déjà titulaires d’un doctorat” / “coopération entre la/le titulaire” / “activités envisagées avec la/le candidat.e”), la consigne suivante :

L’ensemble de ces documents devra être transmis entre le 20 janvier 2021 et le 29 mars 2021 à l’adresse suivante : sg-gis-idgenre@mshparisnord.fr avec l’indication explicite dans le titre du courriel « Chaire genre – nom du demandeur·se ».

Certes, nom du demandeur·se au lieu de nom de la·du demandeur·se dans le titre du courriel, c’est une vétille. L’essentiel (le terme féminin du doublet, demandeuse) est là. Mais vu le sujet de l’appel à candidature, et comme le diable se loge dans les détails, on ressent malgré tout une légère pointe de déception, comme devant une réception ratée à la fin d’une série de sauts périlleux (ce qui, d’un autre côté, irait dans le sens que l’exercice est périlleux, et qu’on pourrait tout aussi bien en applaudir l’exécution globale).

Il y en a trop

Au-delà des incohérences “par défaut” (un seul point médian manque…) qu’on a vues jusqu’ici, il y a aussi les incohérences “par trop plein”. Parce que parfois, l’écriture inclusive déborde. On sourit ainsi quand Olivier Faure se désigne lui-même par “le ou la meilleure”, ainsi qu’il est signalé (par un [sic]) dans l’extrait suivant de Chez Pol, la newsletter politique de Libération :

Mais pourquoi diable le premier secrétaire du PS n’est-il pas lui-même candidat ? La réponse du député de Seine-et- Marne est un exemple de non-melonite : «J’ai toujours dit qu’il faudrait choisir le ou la meilleur(e) d’entre nous le moment venu. Si j’étais le meilleur, si les Français se levaient chaque matin en se disant : “On veut absolument Olivier Faure…” Si je suis le ou la meilleur(e) [sic], je ne me déroberai pas. (Libération, 21 janvier 2021)

Autre débordement (fréquent), autre motif d’étonnement : l’accord en mode inclusif d’adjectifs accolés au nom féminin personne (que personne, cependant ne fait précéder d’un déterminant masculin : *un personne). On relève ainsi, dans une tribune de Libération :

Cette aventure inédite, faut-il le rappeler, ne l’est d’ailleurs pas pour bon nombre de détenu·es, de personnes malades, handicapé·es, agé·es,

ou encore

les personnes agé·e·s, précaires, racisé·e·s sont en première ligne

Sauf qu’un peu plus loin, le naturel revient au galop :

Celles des personnes qui sont seules, qui sont dépressives, qui sont malades (Libération du 12 avril 2020)

Même mélange d’accord inclusif ou non avec personne (personnes racisé·e·s versus personnes blanches) dans l’extrait suivant :

Pourtant à la blanchité sont associées des avantages, qui ne sont jamais des privilèges en soi mais bien par rapport aux personnes racisé·e·s : pouvoir se rassembler sans être accusé·e·s de communautarisme, allumer la télévision et voir des personnes blanches ((Il serait certes difficile d’écrire personnes blancs, comme il aurait été difficile, plus haut, d’adjoindre qui sont dépressifs à personnes : c’est toute la question de la différence entre un accord qui s’entend et un accord qui ne s’entend pas. Même à l’écrit, “l’oreille” prime.)), pouvoir emménager dans n’importe quel quartier sans autre condition que la contrainte économique, ne pas avoir à parler au nom de son groupe racial lorsqu’on s’exprime… (Sur le réseau de podcast Binge Audio)

 

Pataquès ou créativité ?

© Lionel Bonaventure. AFP

Certes, personne n’est parfait·e, et nous ne sommes pas les premières, ni les seules, à remarquer que l’usage de l’écriture inclusive est une source inépuisable de tourments, des prises de tête pour les rédacteurs et rédactrices (et lecteurs et lectrices) aux prises de becs entre tenant·e·s et opposant·e·s. Parmi les difficultés le plus communément pointées, il y a, hors l’opacité (et l’oralisation problématique) des formes construites avec le point médian, la difficulté à mettre en œuvre, morphologiquement parlant, ce point médian : où le (ou les) placer, quels éléments mettre en facteur, comment gérer cet accent qui va manquer ou être en trop, quel suffixe choisir dans la formation du féminin… Autant d’épines dans le pied, ou plutôt la main, de l’auteur ou l’autrice de la banderole photographiée sur un portail toulousain et illustrant, dans Libération du 20 avril 2020, une tribune de Clémentine Autain.

©Jeanne Menjoulet/Flickr

 

L’épine peut être aussi aiguillon créatif. La fantaisie de la banderole toulousaine7 se fait ainsi poésie dans ce tag photographié dans le 18ème arrondissement de Paris, qui a connu un grand succès – un succès qui le fait figurer aussi bien dans un article (plutôt favorable à l’écriture inclusive) de Slate 8 que dans un autre (très nettement hostile) de Causeur 9.

 

 

Matière à rire, matière à penser

En nous focalisant, pour notre part, sur les problèmes de cohérence dans le suivi de l’écriture inclusive, notre objectif n’est certainement pas de rejoindre le camp des “anti-inclusifs”. Mais simplement de souligner la difficulté de l’exercice.

Dans cette difficulté, il peut y avoir – outre matière à jeux poétiques sur la langue –  matière à rire. C’est d’ailleurs le sourire provoqué par les “efforts” de la municipalité de Toulouse qui est à l’origine du présent billet. Du côté du (fin) sourire, on mentionnera encore :

Et ça : homm.e.s… ? Ça irait… ? Ça pourrait convenir à tout le mond.e ? (Éric Chevillard, L’Autofictif, 15 décembre 2020)

Et pour un rire plus franc, l’extrait suivant d’une vidéo sur Topito, Quand tes parents sont problématiques… :

 

Seulement, souvent… le rire se fait grinçant. Comme quand d’aucuns (d’aucunes) font comme si les règles de l’écriture inclusive allaient s’imposer à toute forme d’écriture, à toute la littérature, et par exemple aux Fables de La Fontaine (cf. Le corbeau et la corbelle). Plus grinçant encore : on trouve, sur le site (tout récent) de l’Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires,10 un générateur automatique de titres de thèses produisant des sujets censés produire l’hilarité, par une accumulation de  termes symbolisant les disciplines honnies, saupoudrés d’anglais aussi bien que de points médians. Fraîchement généré pour vous, on citera :

SOUS L’EFFORT NON VERBAL DES INTERACTIONS DIDACTIQUES, LA SUFFISANCE CHAST.E GENRÉ.E ENTRE IDÉOLOGIES ET PRATIQUES: ANALYSE DE L’ACTION CONJOINTE DU PROFESSEUR ET DES ÉLÈVES POUR L’ÉGALITÉ DES TRANSSEXUAL FEMALES À L’ÉCOLE PRIMAIRE.

sous la direction de M.mm.e l.e/a Direct.eu.ri.r/ce ROBERT REDIGER (UNIVERSITÉ ISLAMIQUE PARIS-SORBONNE)

Dans le même esprit, le site propose un lexique très ironique, où on lit par exemple pour “capitalisme” :

On comprend d’ailleurs que le rire provoqué par l’écriture inclusive (aussi bien que par les “idéologies identitaires”) soit grinçant, quand on voit que le dossier qui lui est spécifiquement consacré est intitulé “Écriture Inclusive et autres discours de haine”. “Discours de haine”, ça va loin11, et ça confère à l’écriture inclusive un pouvoir de nuisance qui nous paraît largement surestimé12.

Et le problème avec tout ça, c’est qu’on se retrouve vite sommé d’appartenir à un clan ou un autre, celui des pro ou des anti. Et que ça risque d’être tranché dès le moment où on écrit  (dis-moi si tu inclusivises, je te dirai qui tu es). Pour échapper à la sommation, il reste heureusement des marges de liberté : liberté de faire selon l’humeur, selon le contexte surtout13, liberté de recourir à des “petits bricolages”14.

Ces marges de liberté, certes, introduisent du flou, de l’instabilité15.

Mais l’instabilité, pour la langue, c’est aussi la vie… L’instabilité liée à l’écriture inclusive est le reflet de remous sociétaux, d’un changement des sensibilités, entraînant, sur le plan des usages langagiers, des tâtonnements et expérimentations, des remises en cause à la fois dérangeantes, surtout s’il y a (sentiment de) marche forcée, et vitales.

Et quitte à faire dans le changement, pour celles et ceux qui préfèreraient la simplicité d’une règle unique, il y aurait aussi la solution radicale du féminin générique16. Solution radicale, ou au moins jeu visant à faire prendre conscience des enjeux. Pour plagier la pirouette finale de Laélia Véron dans son podcast Faut-il démasculiniser notre cerveau ? :

Pensez-y, chères lectrices !

 

  1. Comme on n’est pas méchantes, on ne soulignera pas qu’il y a là aussi un raté puisque typographiquement, le point médian se place au-dessus de la ligne de base : Toulousain·e·s. et non pas Toulousain.e.s. []
  2. Cf. le billet C’est qui le plus grand écrivain ? []
  3. Avouons qu’en l’occurrence, on n’est pas complètement satisfaites par cette forme un peu “bâtarde”, qui donne au s final, à la fois le rôle de marquer le pluriel, et celui d’ “achever” le héros au singulier. []
  4. D’autant que ces personnes sont, majoritairement, des femmes. Sur ce point, on vous renvoie à l’article du 15 avril 2020 d’Arrêt sur imagesCes “soignants-héros”… qui sont surtout des soignantes, qui rapporte l’estimation de la Direction général de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) selon laquelle, fin 2019, “78% du personnel dans la fonction hospitalière publique était féminine”. La même attention à souligner la prépondérance des femmes au sein du personnel soignant apparaît dans de nombreuses publications : une attention qui amène Éric Favereau, dans Libération du 2 février 2021, à utiliser précisément ce terme d’héroïnes qui nous manque sur l’affiche : “Ce sont eux, ou plutôt elles, les véritables héroïnes de cette première vague, loin des projecteurs.” []
  5. On emploie par raccourci cette formulation “le point manque” pour dire que la construction du mot avec point(s) médian(s) n’est pas utilisée. []
  6. Ou encore (on n’ose pas le mettre dans le texte, mais on ne résiste pas en note où personne n’ira le lire ?) “s’en battent les couilles”. []
  7. Plus persévérante que l’affiche toulousaine ! []
  8. Un article qui présente essentiellement un bilan, au bout d’un an de pratique, de la propre expérience – avec état des difficultés et des réserves – des journalistes du magazine. []
  9. Avec un titre qui démarre très fort : “Pourquoi l’écriture inclusive est exclusivement idéologique ” – l’idéologie, c’est les autres… []
  10. Cet observatoire, décrit par un article de Libération du 25 janvier 2021 comme “L’observatoire qui se rit de chercheurs «décoloniaux», a été créé par un collectif d’universitaires se revendiquant de l’universalisme républicain. Comme le souligne l’article de Libération, “derrière le sérieux de l’intitulé, la plateforme joue la carte de l’humour grinçant pour discréditer les travaux sur des questions de genre ou de race.”. []
  11. Plus loin encore que le “militantisme ostentatoire” s’imposant par la “propagande” dont s’effraient nos collègues linguistes dans une Tribune collective de Marianne (et à laquelle Albin Wagener apporte une réponse approfondie, scientifiquement argumentée, dans un billet de son blog Système et discours). Plus loin également, en termes de charge agressive, que le fameux “péril mortel” déploré par l’Académie française dans son “cri d’alarme” lancé “à l’unanimité” en octobre 2017 (pour mémoire : “devant cette aberration ‘inclusive’, la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.” (Déclaration sur “l’écriture dite ‘inclusive'”) ) []
  12. On citera à cet égard le professeur de théorie politique Jean-Yves Pranchère qui, dans une tribune de Libération du 22 janvier 2021,  écrit dans un contexte plus large (à propos de l’émoi suscité par le départ du Monde du dessinateur Xavier Gorce) :

    Crier à la censure là où elle n’existe pas risque fort d’être la variante française d’un trumpisme soft, qui gonfle démesurément des faits ­divers en paniques morales, de ­manière à faire croire que, à une époque où les idées d’extrême droite s’expriment en toute désinhibition sur CNews et où on assiste à une ­incroyable montée en puissance du complotisme et de l’autoritarisme, le danger principal serait dans l’écriture inclusive, dans l’indignation devant le racisme, dans le féminisme et dans la libération de la ­parole des victimes.

    []

  13. Ainsi, l’écriture inclusive sera plus particulièrement pertinente dans le contexte professionnel : des études psycholinguistiques ont montré comment des formulations au masculin ou au féminin, dans les désignations des métiers mais aussi dans les formes d’adresse, éveillent des représentations mentales qui font qu’on se sent ou non concerné, par exemple par une offre d’emploi. Faute de donner une place ici à cette question des représentations genrées associées aux usages langagiers, nous recommandons deux récents podcasts dans la série Parler comme jamais de Laélia Véron, qui eux les abordent : Faut-il démasculiniser notre cerveau ? et Écriture inclusive : pourquoi tant de haine ?. []
  14. Parmi les bricolages possibles, il y a cette possibilité que nous utilisons, dans nos mails, de faire porter l’inclusivité sur les seules adresses à nos interlocuteurs et interlocutrices (notre côté gaullien, certainement !) : Chères et chers collègues, ou encore Chères et chers collègues, amies et amis (que nous permettons cependant d’alterner librement avec la formule non inclusive Chers collègues et amis). Tout en sachant que nos propres solutions ne satisferont pas tout le monde : une collègue nous a ainsi dit se sentir exclue du  “chers collègues” quand d’autres, on le devine, ne doivent pas beaucoup apprécier les duplications de la formule inclusive. À chaque fois, on se dit qu’on fera des mécontent·e·s, ou du moins des agacé·e·s… []
  15. Cette instabilité que n’aime tant pas l’Académie française (laquelle, pourtant, n’a pas hésité à semer la pagaille avec “sa” Covid – cf. Quand l’Académie s’engage pour le genre… –, introduisant une turbulence sur le genre qui désormais vient perturber, au moins dans la forme, à peu près tout discours, toute conversation sur la maladie. De la même façon qu’on a souri devant l’affiche aux Toulousain·e·s, on s’amuse bêtement des embarras où sont régulièrement plongés les journalistes : – Journaliste : La Covid blabla… / – Interviewé·e : blabla le Covid… / – Journaliste (baissant les bras – ou la garde) : blabla le Covid blabla la Covid blabla le Covid []
  16. Pour s’en faire une rapide idée, voir le fil twitter de Maria Candea. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jean-Paul Meyer dit :

    Bonjour les collègues (joies de l’épicène)
    Merci pour ce long billet, costaud et captivant.
    En vous lisant, je me suis dit que votre “blog de linguistique illustré” devenait de plus en plus nettement un “blog de linguistique illustrée” (ce qui n’est pas pour me déplaire!)
    Amitiés 🙂
    Jean-Paul

  2. Anne et Marie-Paule dit :

    Merci beaucoup Jean-Paul ! On va réfléchir à renommer notre blog “blog de linguistique illustré·e”…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search