Qui a le droit… (épisode 2)

Carte à jouer du 19ème siècle (“Animal Quorum”), British museum, Wikimedia Commons

 

Les lecteurs du Chasseur français pouvaient s’abîmer, au moment d’aborder le dossier chasse du numéro de mai 2019, dans la réflexion suivante :

Le renard est l’un de ces animaux ambivalents dont chacun a une perception très personnelle. Ces dernières années, pourtant, son image a évolué. Reste-t-il un nuisible ou a-t-il enfin le droit d’être considéré comme un gibier à part entière ?

(Exergue de l’article intitulé “Et le renard redevint gibier”)

 

 

 

Droits du python, droits du renard, même combat ?

 

A en croire l’analyse proposée dans notre dernier billet, on pourrait penser qu’il conviendrait ici de paraphraser “a-t-il enfin le droit d’être considéré comme un gibier à part entière ?” par “a-t-on enfin a le droit de le considérer comme un gibier à part entière ?”. C’est à ce rétablissement d’une voix active qu’on avait procédé, pour notre exemple “Ces pythons royaux ont le droit d’être exportés par trois pays”, paraphrasé par “trois pays ont le droit d’exporter ces pythons royaux”. Cette recherche d’une voix active sous-jacente, faisant intervenir un sujet alternatif pour la locution avoir le droit, (ce qu’on désignait comme “effet python”) était motivée par le paradoxe qu’il y aurait à parler du droit du python à être exporté (une situation qu’il ne pourrait, a priori, ni souhaiter, ni revendiquer).

Et comme on l’écrivait, pour ce type de construction avec une subordonnée infinitive à la voix passive, “le choix de l’interprétation dépend bien évidemment beaucoup du verbe utilisé : s’il s’agit d’être chassé, a priori ce n’est pas un droit ; s’il s’agit d’être défendu ou aimé, a priori c’est un droit”1.

Or dans une telle opposition binaire entre souhaitable et non-souhaitable, on aurait tendance à regarder “être considéré comme un gibier à part entière” du côté du second pôle.

Et pourtant… est-ce vraiment cette interprétation proposée plus haut, avec rétablissement d’une voix active (“a-t-il le droit d’être considéré” au sens de “a-t-on le droit de le considérer”), qui était visée par Le Chasseur français ? La première partie de la phrase, “Reste-t-il un nuisible ou a-t-il enfin le droit d’être considéré comme un gibier à part entière ?” introduit un doute : même si, à première vue, être considéré comme un gibier n’est pas un sort enviable, la façon dont l’alternative est construite laisse penser que c’est malgré tout plus enviable que de garder le statut de nuisible. Auquel cas ce pourrait être un droit véritable du renard d’avoir droit au “moins pire” plutôt qu’au “plus pire”. Cela méritait enquête, et nous sommes allées rechercher l’ensemble de l’article2, qui va bien en effet dans le sens d’un droit accordé au renard, avec la reconnaissance pour celui-ci d’un statut plus “favorable” (au sens, essentiellement, où le renard regagnerait les faveurs des chasseurs3 ). Nous citons ci-dessous quelques-unes de nos pièces à conviction :

Le renard connaît un vrai retour en grâce auprès des chasseurs et notamment des tireurs d’été. (encadré, p. 20)

Car la chasse du renard peut tout à fait rimer avec adrénaline pour qui laisse à l’animal la chance d’être plus qu’un nuisible. (p. 21)

Accompagné de 30 à 40 chiens, des beagles pour l’essentiel et quelques griffons bleus, Julien se concentre désormais sur goupil. Mais il le fait avec la même manière, avec le même respect que pour n’importe quel autre gibier. (p. 24)

Si ses populations se maintiennent, Vulpes vulpes4 garde tout pour séduire. Qu’il reste “susceptible d’occasionner des dégâts” partout ou que son statut évolue légèrement, l’essentiel est de le conserver parmi les gibiers de France, car il y mérite très largement sa place. (p. 24)

Quelle que soit la compréhension qu’on puisse avoir du droit relatif que constitue l’accession au statut de gibier, il reste que la phrase choisie pour exergue de l’article du Chasseur français est surprenante pour qui ne chausse pas les lunettes du chasseur5.

Tout se passe comme si un “effet renard” venait contrebalancer notre “effet python“, au sens où certains éléments seraient susceptibles d’aller à l’encontre du mouvement spontané consistant à restaurer, dans l’interprétation, un on6 comme véritable sujet de “avoir le droit”. Dit autrement, les paramètres présidant au rétablissement d’une voix active sont plus subtils que ce qu’on avait dit. La polarité souhaitable / non souhaitable sur laquelle nous l’avions fait reposer se révèle, à y regarder de près, plus difficile à manier qu’on ne l’avait laissé entendre : loin de pouvoir être regardée comme une donnée a priori (comme un trait sémantique attaché de façon permanente à un lexème), elle doit être interprétée relativement au contexte (à la fois co-texte linguistique et connaissances du monde).

L’exemple du renard peut être rapproché des exemples suivants, qui rendent également sensible la dépendance de l’interprétation au contexte :

Un joueur a le droit d’être exclu que 3 fois, à la 4e il est disqualifié. (stapscrew.free.fr)

Les musulmans ont le droit d’être caricaturés comme les autres ! (titre d’article, lepoint.fr)

Pour le premier, c’est le contexte immédiat – avec une échelle “du moins pire au plus pire” faisant écho à celle qui valait pour le renard – qui amène à regarder comme souhaitable ce qui ne l’est pas de façon évidente7.

Pour le second exemple, la levée de l’ambiguïté est beaucoup moins évidente : il faut se reporter à l’article pour comprendre qu’il s’agit bien d’un droit à être caricaturé (et non pas d’un droit à caricaturer)8. On soulignera par ailleurs que, contrairement à la relative candeur (pensons-nous) avec laquelle Le Chasseur français aborde le droit du renard à être considéré comme un gibier, l’auteur de l’article est très certainement conscient du caractère provocateur de son titre, et qu’il en joue9.

Reste à distinguer l’effet renard d’un autre procédé permettant d’échapper à l’effet python : il suffit d’adopter une posture d’ironie pour laisser libre cours à l’association d’un droit à toutes sortes de situations a priori négatives. Sur le modèle familier de “J’ai juste le droit de me taire” (à la voix active), on trouvera par exemple (à la voix passive) :

elle quittera ce pays de misère où les femmes n’ont que le droit d’être battues (Google Books : Mon père, ce harki)

Les enfants n’ont pas le droit de nous critiquer, ni de découvrir nos vices, nos mauvaises habitudes, nos bizarreries. Nous passons pour des êtres parfaits. […] Seul l’enfant a le droit d’être humilié et cloué au pilori. (Cairn Info : Le Télémaque)

Encore faudrait-il poser au renard la question : ne verrait-il pas, lui, une forme d’ironie dans le retour en grâce que lui accorde Le chasseur français ?

 

 

  1. Et comme on l’écrivait en note, “en fait, c’est (encore) plus compliqué que ça. On y reviendra dans un prochain épisode…”. Nous voici maintenant à ce prochain épisode. []
  2. Faute d’abonnement de la bibliothèque universitaire au Chasseur français, il a fallu acheter le numéro en ligne. La rédaction de bling ne recule devant aucun sacrifice… []
  3. Au-delà de cette valorisation du renard au yeux du chasseur, on notera cependant que le statut de gibier présente également, pour le renard, quelques avantages concrets en termes de périodes et modes de chasse, plus contraints et donc, en quelque sorte, plus “protecteurs”. []
  4. On notera la délicate autant qu’érudite variation des désignations du renard – goupil (ou maître goupilVulpes vulpes ou le petit canidé, autant de munitions pour circonscrire le risque de répétition… []
  5. Elle a, d’ailleurs, été reprise de manière ironique par le site de l’ASPAS, grâce auquel nous l’avions initialement découverte : “Rappelons aux journalistes du Chasseur Français que les animaux n’ont pas de droits, en France, et que s’ils en avaient, aucun d’eux ne choisirait celui “d’être considéré comme un gibier […]”. []
  6. Ou autre sujet disponible en contexte. []
  7. Dans un autre contexte, l’interprétation supposant le rétablissement d’une voix active (“On (n’a) le droit  d’exclure un joueur que 3 fois”) se serait imposée. C’eût été le cas par exemple pour un énoncé tel que : “Ce n’est pas juste d’avoir exclu Léon aussi souvent, un joueur (n’)a le droit d’être exclu que 3 fois”. []
  8. Citons, pour comprendre en quoi il s’agirait d’un “droit” des musulmans, ce qu’en dit plus loin l’auteur de l’article : “Le droit à la caricature n’appartient pas qu’aux caricaturistes. C’est l’expression d’une liberté dont tous les pouvoirs (y compris religieux), les organisations et, au-delà, les citoyens doivent bénéficier.” []
  9. Même s’il s’en défend : “Donc, sans provocation aucune, il faut proclamer la possibilité et même la nécessité que l’islam puisse être moqué, brocardé comme les autres religions – car, en France, toutes les Églises sont caricaturées, et c’est bien ainsi.”. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search