Catégorie : La linguistique sauvage

Une femme inconnue

  Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend. (Paul Verlaine, Mon rêve familier)

Quand l’Académie s’engage pour le genre…

Le 7 mai 2020, l’Académie française publie sur son site, dans la sous-rubrique « Emplois fautifs » de la rubrique « Dire, ne pas dire », un argumentaire visant à faire reculer la domination du masculin qui s’était imposé (et continue de prévaloir) pour le covid 19 au détriment du féminin la covid 19. Naguère fervente « gardienne de l’usage »1, elle conclut dans l’espoir, cette fois, de changer le cours des choses : « […] l’emploi du féminin...

Du confinement et des chatières

Le confinement a eu pour conséquence inattendue un boom d’adoption de chiens, ici et là. A cette occasion, on a pu avoir quelques surprises, en cherchant du matériel pour le nouvel arrivant, par exemple en tombant sur cette publicité où Milou se prend subitement pour un félin.

Langue de béton et langue de bois

  Dans l’actualité récente, un imbroglio dans l’adressage de courriels confidentiels entre membres du ministère  de l’agriculture a conduit à la large diffusion d’une requête formulée comme suit : « Il nous faut des EDL [éléments de langage] béton pour ce soir. Et côté Saj [service des affaires juridiques] également. Merci ! » (Contexte : il s’agissait d’élaborer une contre-offensive à une vidéo de l’association L214 mettant en cause un abattoir...

« Se faire violer » ou « être violée » ?

    « On ne se fait pas violer. On est violé. On est, on est, on est violé. On ne fait rien. On est. C’est l’autre qui fait. Le viol, c’est l’autre qui le fait. » (Léonora Miano, repris par l’ex-ministre Christiane Taubira à l’occasion du Festival d’Avignon 2017)          

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search